Politique Togo/2e Réunion du Groupe d’Appui à la transition au Mali

« Le soutien à un pays frère dans un moment difficile ne doit pas être un vœu pieux », Selon Faure Gnassingbé

Publié le mercredi 10 mars 2021, par Kpelafia Biva

Aider le Mali et le peuple malien qui est un peuple frère à sortir de sa crise sociopolitique avec une transition réussie pour aboutir à des élections présidentielles démocratiques, telle est la mission assignée au Groupe d’Appui à la Transition au Mali (GST), qui a tenu ce lundi 8 Mars 2021 à Lomé, sa 2e réunion.

Mis en place par le Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union Africaine (UA), l’Organisation des Nations-Unies (ONU) et les pays de la région, il est destiné à garantir la transition au Mali vers des élections démocratiques.

L’assise de Lomé a permis aux personnalités politiques présentes de se pencher encore une fois sur les garanties de la bonne foi de la junte au Mali, qui s’est engagée à rendre le pouvoir l’année prochaine.

Pour le président de la République Faure Gnassingbé « la réussite de la transition n’est pas une option mais un impératif ».

« Le soutien à un pays frère dans un moment difficile ne doit pas être un vœu pieux. L’appui indéfectible du Togo et mon engagement reposent sur l’impérieux devoir de solidarité », a déclaré Faure Gnassingbé à l’ouverture des travaux.

Les participants ont salué les avancées positives et les efforts des autorités de transition dans la mise en œuvre de l’accord de paix, à l’issue de la rencontre.

« Incontestablement je quitte Lomé avec un esprit apaisé et une grande satisfaction. Nous partons avec l’espoir de faire encore mieux à la 3e réunion qui aura lieu à Bamako en juin prochain », a déclaré Zeïni Moulaye le ministre des affaires étrangères malien.

Le GST-Mali a confirmé le délai de 18 mois pour la mise en place des institutions régulières dans le pays.

« Nous avons toutes les capacités à réussir cette transition et nous la réussirons. En seulement six mois, nous avons fait beaucoup de choses, nous avons connu de réelles avancées », a indiqué le ministre malien en charge des affaires étrangères.

Mathurin AZIAKPOR